Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
DEPUIS 1867
PHOTOS ARCHIVES
PHOTOS ARCHIVES
 
pt_edifice_laliberte_2
 
pt_dsc01795
 
pt_dsc01541
PHOTOS ARCHIVES
 
Vign_dsc01786
Historique de J.B. LALIBERTÉ
pt_ext2
Québec, mai 1867, à l'aube de la confédération canadienne, un jeune homme de 24 ans ouvre un modeste atelier de fourrure dans un local du quartier Saint-Roch.  Il s'appelle Jean-Baptiste Laliberté.  Né à Québec le 24 mars 1843, ce fils de tanneur s'impose rapidement dans le monde vestimentaire en raison de la qualité et du style de ses produits.  En 1884, Jean-Baptiste Laliberté fait construire un vaste édifice de cinq étages surmonté d'une coupole argentée à l'angle des rues Saint-Joseph et de la Chapelle.  À l'avant-garde des tendances de son époque, il se rend lui-même en Europe pour sélectionner les fourrures destinées à sa distinguée clientèle.

Un magasin à l'image de l'homme
Au début du XXe siècle, la Maison J.-B. Laliberté jouit d'une solide réputation dans le domaine de la confection et de la vente de manteaux et d'accessoires de fourrure à Québec.  Le magasin émerveille les touristes et c'est avec beaucoup de fierté que Jean-Baptiste Laliberté fait visiter les lieux au président William Howard Taft.  Homme d'affaires averti, Jean-Baptiste Laliberté tient un rôle clé dans le développement du port de Québec et agit même comme président de la Banque Nationale.


La relève des générations
À la mort du fondateur, le 26 août 1926, la succession est assurée par une société en fiducie.  Son fils, John Laliberté, assume alors la direction de l'entreprise.  En plus de conserver le rayon de la fourrure, il aménage une section consacrée à la confection de vêtements et d'accessoires pour hommes ainsi qu'un atelier de chapellerie.  Une troisième génération de Laliberté administre le magasin à compter de 1939.  Jean-Baptiste, fils de John Laliberté, son cousin Edmond Laliberté et Édouard Coulombe greffent un rayon de vêtements pour dames et de vêtements pour enfants à l'inventaire du commerce.

Le concept évolue
La situation de la Maison J.-B. Laliberté évolue considérablement à partir de 1942. Propriété d'un groupe d'actionnaires, le magasin du quartier St-Roch ouvre graduellement des rayons de mode pour hommes et femmes, des vêtements pour enfants, des chaussures, de la décoration et des accessoires pour la maison.  On y retrouve même des meubles, des électroménagers et des couvre-planchers.

La famille Morisset en action
En 1950, l'un des actionnaires du groupe, François Morisset, prend la direction de la Maison.  Réputé concessionnaire d'automobiles, le nouveau président concentre activités de l'entreprise sur le vêtement.  Situé entre les magasins Paquet et Pollack, la Maison J.B, Laliberté s'annonce comme le magasin du juste milieu.

L'âge d'or
Les années 60 coïncident avec d'importants changements en matière de localisation des grands magasins.  Plusieurs établissements d'importance choississent d'implanter des succursales dans les nouveaux centres commerciaux.  La Maison J.B. Laliberté résiste à la tentation et demeure fidèle au centre-ville de Québec.  Le temps lui donne raison!  Habilement dirigée par Jacques Morisset, fils de François, l'entreprise connaît une période fructueuese jusqu'au début des années 90.

Les défis de restructurations
L'imposition de nouvelles taxes à la consommation et l'implantation de magasins à grande surface entraînent une restructuration en profondeur de l'entreprise en 1995. Désormais, les activités s'orientent exclusivement sur les chapeaux et les manteaux de fourrure, la mode féminine et masculine, les accessoires et la lingerie fine.  Sur l'initiative de Lucie, Jean-François et Suzon Morisset, enfants de Jacques et gestionnaires de l'établissement, la Maison J.-B. Laliberté joue un rôle capital dans le cadre du programme de revitalisation du quartier Saint-Roch.  En 1998, une partie importante de l'immeuble est complètement réaménagée afin d'accueillir de somptueux lofts et des entreprises de haute technologie.  La Maison J.B. Laliberté conserve deux étages de l'édifice pour ses activités commerciales.

Seul grand magasin ayant survécu sur la rue Saint-Joseph à Québec,  la Maison J.-B. Laliberté connaît présentement un immense succès.  Depuis trois générations, la famille Morisset porte bien haut la flamme d'un établissement plus que centenaire à Québec.


Source le journal des 50ans et plus, septembre 2008. Les familles souches en affaires.  La Maison J.B. Laliberté, fierté et appartenance au coeur de Québec
 
Vign_copie_de_dsc01546
LALIBERTE © 2010